Témoignages

C’est la fête des Mères, mais pas pour moi

Dans quelques jours ce sera la fête des Mères. J’ai une maman à qui je témoigne mon amour tous les jours. Une grand-mère avec qui j’adore discuter et passer du temps. Je le fais maintenant, pendant que je le peux et qu’elle est là. J’ai des amies extraordinaires qui sont devenues des mamans merveilleuses. Des mamans avec qui j’ai vécu les beaux et parfois, les moins beaux moments de la vie de leur progéniture.

Toutes ces femmes que j’aime sincèrement et avec qui je partage tant ont cependant quelque chose de bien précieux qui les classe dans une catégorie à part. Celle des mamans!

Je suis une femme comme les autres, qui mène une vie comme les autres. Mais je ne me sens pas comme les autres. Je me sens incomplète. Être maman, c’est un rôle essentiel, le plus grand rôle d’une vie, mais pas pour moi.

Ce rôle pour lequel j’auditionne pourtant fréquemment ne m’a pas encore été distribué. J’ai même fait appel à des spécialistes, des faiseurs de parents. C’est étrange!  C’est injuste? Je me suis pourtant beaucoup entrainée en prenant soin des enfants qui m’entourent.

Dans ma vie de tous les jours, j’ai beaucoup d’amis qui n’ont pas encore toutes leurs dents. Je regarde tous les nouveaux films d’animation. Dessine des fleurs, des dragons, des autos, des monstres et colore autant de Patte Patrouille et de princesses. J’ai essuyé bien des larmes et fait disparaître des dizaines de bobos. J’ai bercé des êtres miniatures et déposé de tendres baisers sur plus d’un petit crâne chauve. J’ai lavé bien des petites mains et souvent dégommé des minois collants. Plus que tout, j’ai laissé plus d’un enfant entrer dans mon cœur et chéri chaque moment passé en leur compagnie. J’étais certaine d’être prête à relever le défi, à vivre le plus grand rôle de ma vie, mais on m’a laissé en plan.

Quatre ans. Quatre années d’essais infructueux et d’espoirs déçus m’auront convaincue que finalement je ne suis peut-être pas faite pour ça. Je croyais être forte et prête à tout, mais je suis brisée. En fait, je suis brisée, mais pas vraiment. Peut-être est-ce simplement mon cœur de mère qui n’en est pas une qui s’effrite douloureusement avec le temps.

En quatre ans il s’en passe des choses, mais pas vraiment. En 4 ans, on a le temps de devenir maman, mais pas moi.

Dimanche, les mamans de la planète recevront des fleurs de leur conjoint, des cartes de souhait et des dessins de leur enfant, mais pas moi. Moi, je serais occupée à chérir ma mère, sa mère et à la recherche d’un nouveau rôle pour lequel auditionner, en attendant. Après tout, quand on tombe, on se relève et on continu. On passe à autre chose, mais pas complètement.

Dimanche c’est la fête des Mères, mais pas pour moi!

Sophie Caron

Émotions invitro

Émotions invitro

Compte admin de ce site web qui représente toute l'équipe d'auteur(e)s ! emotionsinvitro@gmail.com

6 Comments

  1. Lilulette
    06/05/2016 at 10:16 — Reply

    Ne crois surtout pas que c’est ”parce que tu n’es pas faite pour ça”. Je sais que c’est difficile de ne pas se dire ça, mais le destin n’a rien à voir là-dedans. C’est probablement une bête question de biologie. Un souci mécanique. Si certaines femmes n’ont pas l’instinct maternel, je suis certaine que comme beaucoup d’autres, tu es faite pour ça et tu serais une merveilleuse maman.

    Je comprends ta douleur et suis de tout coeur avec toi. Passe une belle fête des femmes au grand coeur. 😉

  2. 06/05/2016 at 18:25 — Reply

    C’est triste

  3. Banand
    07/05/2016 at 11:31 — Reply

    La question est: “Ne peut-on se sentir mère sans avoir enfanté” ….?! ….et qu’est-ce qu’une mère ?!

  4. Nathalie
    08/05/2016 at 05:06 — Reply

    Je trouve sa bien triste et tu serais une parfaite maman.Surtout ne te culpabilise pas la vie dé-fois est mal faite.Je te souhaite beaucoup de courage et continus d’espéré amitié

  5. Notre bataille/bébé magique
    08/05/2016 at 05:48 — Reply

    C’est triste… Je me revois il y a à peine 1 an. Tous ses vosages heureux de mamans et le mien rempli de tristesse. C’est dur .. Mais le bonheur arrive quand on s’y attend le moins! Après plus de 11 ans, notre bébé magique est arrivé! Ne perdez pas espoir. De tout coeur avec vous

  6. savana
    28/05/2016 at 15:35 — Reply

    Bonsoir je me lis dans tes mots en pma depuis plusieurs années et après une fausse couche et la perte de mes jumeaux j ai le coeur serre ç est pas la fête des mères pour moi courage il faut continuer d y croire je t envoie plein de bisous savana6907

Leave a Reply

Previous post

Ne pas (trop) y penser

Next post

Semaine canadienne de sensibilisation à l'infertilité - 12 au 20 mai 2016