Je me présente: je suis MariePsy, une Québecoise expatriée en Ontario depuis un peu plus d’un an. Mon mari et moi essayons de concevoir depuis près de 2 ans. Nous en sommes présentement à un mix de médicaments et d’hormones, tout en essayant de concevoir ‘naturellement’ (on s’entend que ce n’est plus naturel comme c’était!). On espère bien ne pas avoir à se rendre à la FEV…PL20 ou pas, nous, on devra payer chaque essai de notre poche.

Vous vous demandez peut-être pourquoi le titre de mon blog est ‘cordonnière mal chaussée’. Et voici: je suis une psychologue pour ENFANTS. Donc pas juste une personne qui devrait maîtriser ses émotions, mais quelqu’un qui travaille avec des enfants tous les jours. Et pas n’importe quels enfants, mais des enfants ayant des besoins spéciaux de toutes sortes. Une bonne partie de mon travail consiste à dire à des parents comment gérer les comportements de leur enfant. Une fois de temps en temps, je me fais demander si j’ai des enfants. ‘Non, pas encore!’ Après tout, est-ce qu’il faut avoir eu le cancer pour être oncologue? Dernièrement, je suis en pleine conversation avec une petite cliente. Elle me demande si je connais une certaine émission de télé. Je lui réponds que non. Elle me demande si j’ai des enfants. Je lui réponds que non. Elle me demande ‘Pourquoi?’… Quelques jours plus tard, je lis le résumé d’adoption d’une autre cliente, et je braille comme une madeleine à lire sa pauvre histoire et penser que c’est dont pas juste qu’elle ait eu à passer à travers tout ça, et que des gens soit capable d’avoir des enfants si facilement quand moi, je suis pas capable.

Mon mari et moi avons été très ouverts sur nos démarches en fertilité. Ça nous fait du bien à tous les deux, parce qu’on se rend bien compte que nous ne sommes pas seuls à être dans ce bateau…je ne peux même plus compter les personnes que j’ai rencontrées (dans le cadre de mon travail… évidemment, qui me demandait si j’avais des enfants) qui avaient eu un chemin similaire (en passant par quelques cycles de Clomid, à plusieurs transferts d’embryons échoués pour finalement faire appel à une mère porteuse). J’ai fait bien des recherches aussi, et trouvé plusieurs ‘discussion boards’ qui m’ont beaucoup aidée. Et ensuite j’ai lu un texte sur ce site (#1couplesur6) qui a décrit exactement la façon dont je me sentais. Mon but en participant à ce blog, n’est pas de chialer, ou me plaindre de ma situation, mais plutôt d’exprimer comment je me sens, et d’aider d’autres femmes qui, comme moi, passe à travers des moments difficiles.

Au plaisir!

MariePsy

MariePsy

No Comment

Leave a Reply

Previous post

Les frontières de l'infertilité

Next post

Avis au médias : Semaine canadienne de sensibilisation à l'infertilité 2015