Je suis là. Je me dis qu’il le faudrait bien. Il faudrait bien que j’écrive ce que je pense et ressens à propos de l’adoption très prochaine (aujourd’hui peut-être !) du projet de loi 20 du Ministre Barrette. La loi 20. Et que ça prendrait un titre accrocheur.

La « fucking » loi 20. 

J’ai lâché des bribes ici et là sur les réseaux sociaux. Mais il faudrait bien que j’écrive un texte. Un texte qui sera lu par le plus de gens possible, pas juste les infertiles. Ben ouin. Faudrait qu’à la base les infertiles le lisent puis qu’ils aient envie de le partager à leurs proches en leur disant « C’est ça, ça que nous vivons. C’est ça qu’il fait le gouvernement actuel. » Y’en a eu d’autres textes que vous avez partagé au cours de la dernière, dont le fameux  Je suis #1couplesur6 qui a été vu plus de 60 000 fois.

Mais je l’avoue. Je suis un peu tannée. Son projet de loi 20, il l’a déposé il y a presqu’un an déjà. Sauf que quelques mois avant, en juin 2014, cette possibilité avait déjà été évoquée dans un article titré « Procréation assistée : le programme québécois en péril ». Ça n’a pas été le seul article, il y en a eu plusieurs. Et ça s’est enflammé. Et tout un chacun est devenu expert en la matière. Particulièrement quand ça vient de l’argent de leurs impôts. Hey non mais tsé, wo !

Donc. Ça fait tout ce temps qu’on a la menace au-dessus de nos têtes. Pis moi, je le trouve sérieux depuis le début Monsieur Barrette avec son idée de mettre fin de la couverture publique de la FIV. OK. J’ai bien voulu espérer que les pressions allaient le faire s’adoucir sur certaines de ses positions. J’ai pensé qu’il avait proposé de mettre la hache dans la programme pour se donner une marge de manoeuvre pour des négociations et qu’au final ce serait moins pire qu’annoncé.
Et je l’ai trouvé encore plus sérieux depuis la Commission parlementaire du printemps 2015 parce que ça n’avait pas tant l’air de le toucher ce que les intervenants lui disaient. Déjà là, on avait des signes évidents qu’il n’allait pas changer d’idée de sitôt…

L’étude détaillée a commencé en mai 2015 pour se terminer le 28 octobre 2015. C’était long et ardu parce que le projet de loi 20 contient deux sujets complètement différents. Cependant, le volet 2 sur la procréation assistée n’a pas pris tant de temps à « régler » puisque le Ministre répondait peu aux questions et commentaires des oppositions, se permettait même de leur renvoyer la balle et de se moquer un peu. Une attitude désagréable à voir pour les couples infertiles pour qui ces discussions politiques ont un ENJEU IMPORTANT dans leur vie !

J’en profite pour remercier Madame Diane Lamarre, Monsieur François Paradis et Monsieur Jean-François Lisée. Je n’ai pas tout écouté de l’étude détaillée (ma santé mentale SVP !), mais ce sont surtout eux qui ont défendu notre cause. Ils auront tout tenter pour sauver des miettes. Ils n’ont pas réussi.

Avec la Loi 20. Un couple aura droit à 1 cycle de fécondation in vitro si la femme a en bas de 37 ans. 2 cycles pour une femme en haut de 37 ans. Donc, vous aurez droit à un deuxième cycle lorsque vous aurez 37 ans mesdames ! Mais, mais mais… il ne faut pas qu’il y ait déjà un enfant dans votre couple.Et ces cycles ne seront plus couverts par la RAMQ. Ce sera des crédits d’impôts modulés selon le revenu familial.

Dans les médias, vous entendez dire que le Ministre a fait des concessions. Des fausses concessions oui. Au départ, il avait mis dans son projet de loi qu’il souhaitait rendre illégal les traitements pour les femmes en haut de 42 ans. Iiiiiiiiih !!! Ça a fait jaser ça… les femmes sont montées aux barricades. Et on ne parlait QUE de ça. Ben. C’était ça le but, vous détournez du véritable débat. Puis, en plus, ça a fait un amendement hyper facile à faire des mois plus tard. Il a retiré cette illégalité. Wow ! Il est gentil ce Monsieur, il a entendu raison ! Non non…
Y’a eu le 3 ans de relations sexuelles aussi. Ça a fait jaser aussi. Autre truc facile à retirer du projet de loi…

Stratégies politiques.

J’ai toujours dit que des balises étaient plus que nécessaires. Le programme a été mis en place trop rapidement. Au départ, il a sans doute profité à ceux qui en avaient vraiment besoin, ces couples qui étaient déjà dans le système et qui payaient de leur poche. Le soulagement quand la couverture publique est arrivée !Mais petit à petit, des problèmes ont été découverts. Des abus. Des cas questionnables que les cliniques n’avaient pas nécessairement le droit de refuser parce qu’ils n’ont pas de balises sur lesquelles se baser.

Avec la Loi 20, je prédis des deuils difficiles à faire.
Des endettements. « Si vous êtes pas capable de payer ça, comment allez-vous subvenir aux besoins de votre enfant ? »
Des problèmes mentaux. « Ah ben là ! »
Des séparations. « Si vous êtes pas assez forts… »

Une augmentation des grossesses multiples, bébés prématurés… Pourquoi ? Des couples se tourneront vers les inséminations avec sperme d’un donneur. Dans les inséminations, on a moins de contrôle. En FIV, un embryon est transféré à la fois dans la majorité des cas. Le risque qu’il se divise et fasse deux bébés est mince. Mais en insémination, on « booste » légèrement les ovaires. Il peut y avoir 2-3 ovules qui se libèrent…
Mais c’est pas grave. Les inséminations coûtent tellement moins chers. « C’est ça l’important ! »

En ce moment, je sais très bien que je ne me bats pas pour mon propre couple. Mes trois cycles pas-tout-à-fait-gratuits de fécondation in vitro sont épuisés. Alors, désolée à tous ceux à qui j’ai coûté cher pour peut-être rien. Plusieurs dizaines de milliers de dollar. Je les ai prises dans vos poches et je me les ai injectées dans mon ventre et dans mes fesses. Vous avez payé mes médecins, mes infirmières, mes embryologistes et autre personnel, tout l’équipement laboratoire, bloc opératoire et j’en passe… Je vous ai coûté tout ça ! Mais moi, avec mes impôts, je paie moi aussi pour des choses qui ne me servent pas soit dit en passant… Et qui ne me serviront peut-être jamais aussi.

Mais ce que vous ne comprenez peut-être pas. C’est qu’à chaque fois que j’ai eu droit à un transfert d’embryon dans mon ventre, les chances de mon couple d’avoir un enfant ont augmenté de façon très significative. Peut-être que pour vous que ça ne concerne pas, ça ne veut rien dire. Parce qu’on entend surtout parler de celles qui tombent enceinte facilement. Quand un gars annonce que sa blonde est enceinte, il se fait dit « Good job mon homme ! ». Woahhh la fierté ! Désolée, mais ce n’est pas vraiment grâce à toi. Vous êtes chanceux. That’s it. Mais vous ne pensez pas à tout ça. Ça a marché, vous allez avoir un bébé.  C’est merveilleux ! À quoi bon penser que les ovules de ta blonde sont bons (oui, ovule, c’est un mot masculin), qu’elle n’a pas les trompes bouchées, que son endomètre est OK, que tes spermatozoïdes sont nombreux, mobiles, bien formés et ont un bon sens de l’orientation…

Dans notre cas, il y a bien eu un transfert d’embryon qui a fonctionné. J’ai été enceinte pendant quelques semaines. Fausse-couche. Bad luck. Notre chance de devenir parents cette année-là s’est effondrée.

Parce que oui. On fait l’amour à tous les mois. Ben euh, plusieurs fois par mois, puis encore plus quand c’est le « bon moment ». On le fait pareil. Pis on le fait pu vraiment en pensant avoir un bébé mettons. Parce qu’on sait le diagnostique d’infertilité : « le patient doit être considéré comme ayant peu de chances de concevoir naturellement ou par insémination artificielle ». C’est écrit NOIR SUR BLANC sur des résultats d’analyses poussées du sperme de mon conjoint. Ah ben. Ça se tient après tout. Étant donné que je suis JAMAIS tombée enceinte naturellement malgré près de 10 ans sans protection.
Cependant, mon conjoint n’est pas stérile. Il y a des possibilités de traitement. On a tout essayé. Nous nous considérons tout de même chanceux d’avoir pu essayer des traitements permettant à mon conjoint d’être papa biologique de nos enfants.
J’aimerais bien vous dire que ça a porté fruit. Que VOS sous ont bel et bien donné au moins un bébé. À suivre dans quelques mois…

Pour clore les négociations (?), le Ministre Barrette s’est dit ouvert à une réévaluation du programme dans deux ans.
Elles sont quand les prochaines élections ?
Ouais…

Marine

Marine

5 Comments

  1. Marie-Pierre
    03/11/2015 at 21:04 — Reply

    Je suis tellement déçue. .. qqun a déjà dit :” c’est pas à moi à payer, c’pas de ma faute si tu tombes pas enceinte!”… euh… pourquoi je paye ta vasectomie moi? C’pas d’ma faute si ta femme tombe enceinte à l’odeur! Quelle tristesse.

  2. poub
    03/11/2015 at 23:37 — Reply

    Les orphelinats sont plein à craquer. Infertiles….et alors? Au lieu de vous plaindre avec votre égocentricité, pourquoi ne pas rendre quelqu’un heureux, un enfant QUI EXISTE déjà par exemple.
    Il n’y a qu’au “fucking-Québec” que les gens attendent de se faire rembourser ce genre d’opérations. Dans n’importe quel pays, ce n’est pas la communauté qui paient.
    Vraiment fatigué de vous entendre pleurnicher

    • 04/11/2015 at 14:32 — Reply

      À titre informatif, il n’y a pas qu’au Québec que les traitements sont payés par l’état.

    • Valérie
      15/11/2015 at 13:56 — Reply

      Yark yark yark… c’est vraiment un commentaire de premier niveau.
      Il y a également dans plusieurs endroits où l’accès au soins de santé n’est pas couvert. Et pourtant, je suis CERTAINE que tu serait le premier à PLEURNICHER (comme tu aimes si bien le dire) si l’assurance maladie t’était enlevé.

  3. bul
    06/11/2015 at 14:33 — Reply

    coup de gueule partagé!! bonne chance à toi pour la suite 😉

Leave a Reply

Previous post

Étude détaillée du projet de loi 20 - Mise à jour le 28 octobre 2015

Next post

Débats sur le rapport de la Commission parlementaire (3 novembre 2015)