Fausse-coucheProcréation assistéePsychologie

Tu n’es pas toute seule…

Il y a quelques temps déjà que je ne vous ai pas donné de mes nouvelles. Je le ferai prochainement. En attendant, je tenais à vous partager ce texte, d’une autre amie fausse-coucheuse. Au moment où moi-même je cherchais des réponses, cette personne est venue me tendre la main. Ensemble, nous avons fondé un groupe de soutien facebook pour les filles comme nous. Aujourd’hui, sur les 17 membres, je crois qu’il en reste 3 qui n’ont toujours pas réussi à avoir un bébé, mais qui sont loin d’avoir abandonné le combat. Son texte méritait toute votre attention, alors avec son accord je le republie ici. Merci à toi, mon amie, d’avoir éclairé mon chemin comme je tente aujourd’hui d’éclairer le chemin de celles pour qui la mésaventure des fausses-couches à répétition vient de commencer. À vous toutes, courage.

Tu n’es pas toute seule

Je te parle à toi, celle que j’étais il y a 2 ans quand j’ai touché le fond. Je sais que tu es là, et que tu cherches juste une solution en naviguant sur le net, tu te dis probablement que tu n’as pas tout essayé, qu’il y a un petit quelque chose qui t’échappe! Je le sais que tu te sens toute seule de ta gang. Autour de toi, tu as peut-être 2 groupes. Ceux qui ont des bébés facilement, et ceux pour qui la petite ligne rose est l’espoir au bout du tunnel. Et il y a toi, entre les 2. Celle pour qui la petite ligne rose est le début d’une joie qui te fait peur mêlé à la peur elle même.  Cette petite ligne est le début de ton insomnie, tu vivras 30% de ta vie sur la toilette de peur que cette ligne rose se transforme en perte rouge! Tu n’oseras ni parler de ta joie, ni de ta peur, pour les préserver, la joie, la peur, toi, lui et tous les autres.

Tu auras peut-être espoir en te confiant à quelqu’un qui l’a vécu une fois, en te rendant vite compte que la première fois, on le vit tellement naïvement! Rendu à 3, 6, 11 fois, c’est un petit mal-être qui est né à la place d’un bébé.
Je le sais que tu es fâchée contre ton corps, contre toi. Tu voudrais ne plus stresser avec ça, tu voudrais même parfois tourner la page pour rire à nouveau, pour vivre à nouveau. Pas le pilote automatique là, non, le vrai rire qui vient du ventre. Mais ce rire là est disparut avec ton ventre vide! Ton corps, ça se peut que tu le maltraite, à grand coup de “à quoi bon”! Que tu lâches la diète saine et équilibrée, que tu te gardes une bouteille pour tous les soirs, que tu te défoules sur de la caféine, comme pour le punir. Parce que oui, tu vas chercher un coupable, et comme ton corps rejette ce qu’il est supposé garder, ce sera souvent lui, le coupable.

Je le sais que tu vas finir par te promener sur les sites des cliniques de fertilité… juste pour voir. Ça se peut même que tu rougisses de honte devant ton écran. Tu auras peur d’enlever la place à quelqu’un qui en a vraiment de besoin.  Ça se peut que tu oses appeler aussi, et ils vont te rencontrer. Par contre, attends toi pas à un miracle au premier rendez-vous. Parce que non, les cliniques ne sont pas des bar ouvert de bébés éprouvettes. Ils vont t’examiner dans tous les sens avant de te traiter. Parce que, perdre des espoirs, en soit, ce n’est pas une maladie. Ils vont chercher le bobo. Attends toi à avoir des nouvelles pas belles, de la maladie des trompes à rien!

Parce que oui, ça se peut que la science ne te permette pas de le trouver le bobo. Ça, c’est le pire des résultats possible, je le sais, mais sache qu’il y a pas mal 90% des chance qu’ils ne le trouvent pas, le bobo. Pas qu’elle n’est pas bonne, la science, elle n’est juste pas rendue là. Tu sais quoi, le bobo ne vient peut-être même pas de toi, de lui non plus d’ailleurs, mais il vient peut-être de la fusion des deux! Mais quand il y a fusion des 2, on ne veut pas tenter de perde pour trouver!

Je veux juste te dire, à toi, celle que j’étais il y a 2 ans, celle que tu es aujourd’hui, que tu n’es pas tout seul! Ton couple n’est pas tout seul! Nous sommes une méchante gang dans ta situation, mais comme il ne semble pas avoir de groupe pour nous, ça se peut que tu doives le créer.

Mais, je te le promet, il y a de l’espoir. Tu vas atteindre des sphères de ta personne, des sphères de ton couples, que tu ne savaient même pas l’existence. Tu vas grandir de tout ça, peu importe la fin de ton histoire. Parce que, au bout du compte, dans ta recherche sur le net, tu vas trouver des histoires propres à chacune des personnes qui les a écrites, mais tu devras un jour écrire la tienne, que ce soit avec un bébé dans tes bras, un bébé qui t’attend à l’autre bout du monde ou aucun bébé du tout. Mais je te le dit , ça ne sera pas facile, et ça ne se réglera pas nécessairement comme par magie une fois le ventre plein de vie, ou le deuil fait, mais tu recommenceras à vivre!

LaFausseCoucheuse

LaFausseCoucheuse

Bébé 1 est arrivé sans problèmes. Pour bébé 2 ça c'est compliqué... pas mal compliqué. 4 fausses couches plus tard, je suis en plein processus de FIV avec DPI.
(MAJ oct2014)

No Comment

Leave a Reply

Previous post

Mémoire de Julie: projet de loi 20

Next post

Commission parlementaire sur le projet de loi 20 | Procréation assistée