Procréation assistée

Moi, j’ai ma fille

Je sais que la loi 20, ça ne touche pas tout le monde. En fait, je devrais dire que la loi 20 touche tout le monde, mais que tout le monde ne le sait pas.

Moi j’ai ma fille. C’est la plus belle chose que la vie m’ai donné, même si avoir ma fille a été la chose la plus difficile de ma vie.

Avec la loi 20, ma fille n’aura jamais de frère ou de sœur. Même si la loi 20 n’existait pas, je ne suis pas certaine d’avoir pu lui faire ce cadeau là. Les limites de mon corps de femme auraient peut-être dominé les désirs de mon cœur de mère. Sans l’infertilité, j’en aurait eu douze comme elle. Mais avec la loi 20, les limites de mon budget mensuel vont toujours priorisé la qualité de vie de mon bébé, plutôt que l’espoir de doubler cet amour là. La raison l’emporte facilement, même si l’amertume persiste.

Mais moi, j’ai ma fille.

Quand je pense à la loi 20, j’ai mal au cœur. J’ai de la peine et je rage, mais pas pour moi. J’ai peur,  mais je n’ai pas peur de ne jamais pouvoir donner un frère ou une sœur à mon bébé. J’ai peur pour mon bébé, et pour les autres.

Quand je pense à la loi 20, je vois le retour en arrière. Des conditions pires que celles d’avant la loi 26 pour les couples infertiles. Peu d’aide et pas de la bonne manière. Quand je vois la loi 20, je pense à #1couplesur6. Oui, un couple sur six, peut-être plus dans les années à venir.

Je regarde autour de moi. Six c’est un échantillon si petit. Puis, je me demande qui seront les prochains.

Je vois ma sœur dans la mi vingtaine qui veut des enfants, je vois l’amie dans la trentaine qui n’a pas encore trouvé le bon gars avec qui s’engager, je vois ma filleule adolescente et les petites cousines encore bien trop jeunes pour penser à ça, mais qui grandissent vite. Je vois les couples en devenir qui vont bientôt “y penser” pour vrai, je vois les femmes dans la cinquantaine qui ont hâte de devenir grand-mères, je vois les fillettes qui jouent à la poupée. Puis je vois ma fille aussi. J’ai peur pour elles, et  pour elle.

Un couple sur six.

Moi j’ai ma fille, elles pas.

Je sais la souffrance qui vient avec l’infertilité. Je sais à quel point il faut être fort pour traverser ça. Je sais que même avec beaucoup de volonté et une grosse marge de crédit, il n’y a aucune garantie. J’ai vraiment peur pour l’avenir si la loi 20 est adoptée.

Je n’ai pas peur pour moi, j’ai peur pour vous.

J’ai peur pour toi  le #1couplesur6 qui ne le sais pas encore.

Moi j’ai ma fille, pas toi.

 

 

——————————————————————————————————————————

 

Signez la pétition et partagez-la
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-4989/index.html

 

Devenez membre de l’ACIQ !
Si vous avez que quelques sous à donner pour la cause, devenez membre !
Il ne suffit pas de cliquer « j’aime » sur Facebook… Devenez membre de l’ACIQ ! Ces temps-ci, il n’en coûte que 15$. Ensuite, 25$ par année et il y a possibilité d’un membership de 5 ans. Savez-vous aussi qu’il est possible d’être membre partenaire en guise de soutien à vos amis / familles qui souffrent d’infertilité ?
Remplissez le formulaire sur le lien ci-joint et envoyez votre chèque à l’adresse indiquée.

Sur leur site, onglet « Devenez membre » :
http://aciq.ca/

 

Écrire au Premier Ministre Philippe Couillard,
https://www.premier-ministre.gouv.qc.ca/premier-ministre/joindre-pm/courriel/index.asp

Écrire au Ministre Barrette à l’adresse suivante : ministre@msss.gouv.qc.ca

 

Affichez vos couleurs sur les médias sociaux avec vos photos de profils ! Et surtout, expliquer pourquoi !
www.vagueespoir.com

kimd

kimd

1 Comment

  1. studioroseflash
    22/02/2015 at 17:39 — Reply

    Beau texte Kim <3

Leave a Reply

Previous post

Une loi cachée dans une autre

Next post

Je suis #1couplesur6