Procréation assistéePsychologie

Jusqu’à ce que les agneaux deviennent des lions

Relèves toi encore et encore, jusqu’à que les agneaux deviennent des lions.

Oui, j’ai écouté le film « Robin des bois » qui passait à TVA samedi soir dernier. La phrase citée ci-haut est revenue plusieurs fois. Et elle m’est restée. Je l’ai méditée (han !).

On s’entend que des agneaux ne deviendront jamais des lions !
Donc, en gros, cette expression signifie de ne JAMAIS abandonner.
Un « La semaine des 4 jeudis » ou « Quand les poules auront des dents », mais un peu plus philosophique.

N’abandonne jamais. Don’t give up.

Malgré les épreuves, les échecs qui se retrouvent sur notre chemin. @#?*?*!, on finit toujours par se relever.
Sur un laps de temps plus ou moins long.
Même si on croyait qu’on en serait JAMAIS capable au départ. Même si ça semblait insurmontable.
On veut se relever parce que ça fait si mal d’être à terre.
On voudrait passer du jour au lendemain de « à terre » à « être relevée».
Les agneaux ne deviennent pas des lions.
On se relève.
Même si parfois on a besoin d’un peu d’aide. Même si ça ne tient pas à grand chose.
On se relève.

Et on a le choix.
Se relever plus fort.
Se relever plus craintif de la suite.
Ou encore, se relever mieux préparé ?
Savoir un peu plus à quoi s’attendre.
Perdre un peu plus de naïveté.
Réaliser qu’on a quand même eu droit à une petite victoire à chaque fois, qu’on a avancé un peu plus vers le bon dénouement.
Garder en tête que tout peut arriver, qu’on va quand même être stressée.
Se dire qu’on aura fait TOUT ce qu’il faut pour atteindre notre but.
Être conscient qu’on ne peut RIEN contrôler anyway.

Et après, après, on veut recommencer. OK, pas toujours tout de suite. Mais on s’évoque la possibilité qu’un jour on pourrait recommencer.
Et l’espoir revient.
L’espoir qu’on aura un jour plus besoin de se relever.
Pas pour ce combat-là, en tout cas.

 

 

 

 

 

Marine

Marine

1 Comment

  1. 15/01/2015 at 14:40 — Reply

    Magnifique!

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous post

Mettre ses lunettes roses

Next post

Les foutus "signes"